Qui sommes nous ?

Isabelle Combes & Anngaïd Plourde par Mathieu Génon
 

Photo : Mathieu Génon/Nogent-sur-Marne

L'association Arborescences est un réseau d'école pour enfants à haut potentiel.
Isabelle Combes et AnnGaïd Plourde, mères d'enfants à haut potentiel, ont décidé qu'il était temps de proposer une école épanouissante pour ces enfants.

Katrin Tjaden a depuis rejoint le projet et est en charge de l'école des parents et du développement.

 

Contacts :

Isabelle Combes 06.48.03.77.61

Katrin Tjaden 06.25.55.55.28
ecolepilotearborescences@gmail.com

formulaire de contact

 

Sa mission :

Epanouir et développer les enfants à haut potentiel, quel que soit leur milieu socioculturel, grâce à une pédagogie spécifique qui prend en compte leur particularité, les aide à se construire et développe leur potentiel intellectuel et créatif.

 

Ses objectifs :

  • Permettre à tous les enfants à haut potentiel en souffrance d’accéder à une prise en charge favorisant leur épanouissement, quels que soient leur lieu de résidence et leur milieu socioculturel.
  • Sensibiliser les pouvoirs publics et les acteurs du système éducatif français à l’existence de la Précocité, à la spécificité des enfants précoces et à la nécessité d’une prise en charge adaptée pour faire évoluer les pratiques des enseignants et de l’Education Nationale.
  • Proposer un lieu de ressources qui informe les acteurs concernés par la Précocité, et plus généralement toute personne s’interrogeant sur le sujet.

 

Ses principes d’action :

  • Une priorité donnée à la bienveillance et au succès de la réintégration dans le système éducatif classique au collège.
  • Une pédagogie adaptée et une stratégie évolutive, nourries par la recherche et les expériences terrain de chaque membre du réseau Arborescences.
  • Un projet qui, pour remplir au mieux ses objectifs, se veut multi cible : les enfants, leurs familles, les acteurs pédagogiques et thérapeutiques des secteurs public et privé.
  • Une souplesse dans les modalités de mise en œuvre de l’essaimage national qui favorise la complémentarité du projet avec les acteurs existants.

 

Statuts

AperçuFichier attachéTaille
arborescences-statuts.pdf204.01 Ko

 

 

Isabelle Combes (Fondatrice)

44 ans, diplômée de l’ESCP en finance-gestion, elle a dirigé l’entreprise familiale dans le métier du cuir pendant 10 ans. Elle assure les orientations pédagogiques, le développment du réseau et la direction de l’école.

 

anngaid plourde

AnnGaïd Plourde (Fondatrice)

39 ans, diplômée de l’ESSEC, elle dirige aujourd'hui L'Archipel, tiers lieu dédié à l'innovation sociale. Elle reste fortement impliquée dans les domaines de l'ESS, de la stratégie de développement et de la communication.

Katrim Tjaden (associée)

 

a depuis rejoint le projet et est en charge de l'école des parents et du développement du réseau.

Nous nous connaissons depuis nos études, et notre amitié a grandi notamment au travers de nos maternités respectives. Nous espérons depuis longtemps monter un jour ensemble un projet « utile » et tourné vers les enfants. Chacune mère d’enfants précoces et à des carrefours professionnels, nous avons décidé qu’il était temps d’agir.

Issues d’un même type de formation mais ayant suivi des voies professionnelles différentes, nos atouts pour la réussite de ce projet sont notre complémentarité et notre interchangeabilité.

Ce qui nous motive, c’est l’envie, pour ne pas dire le besoin, de nous rendre utiles dans un domaine qui nous touche directement au travers de nos enfants, et le plaisir de nous associer dans la réalisation d’un projet social.

 

ANTROPIA est une initiative de la Chaire Entrepreneuriat Social de l’ESSEC et de la Caisse d’Epargne Ile de France : il s’agit de l'unique incubateur Social en France, doté d’un Fonds d’Amorçage Philanthropique, qui vise à soutenir la création et le développement de projets dans le champ de l’entrepreneuriat social. Cet appui prend la forme d’un accompagnement stratégique par les experts de la Chaire entrepreneuriat social, un accompagnement technique par des membres du corps professoral et des experts associés issus du réseau ESSEC ou de la Caisse d’Epargne Ile de France, et un soutien financier initial sous forme de bourse aux porteurs.

 

logo agence du développement

L’Agence de développement du Val-de-Marne rassemble et mobilise les acteurs publics et privés dans le but de promouvoir l’image économique du territoire, consolider et conforter le tissu d’entreprises, et soutenir l’innovation. Son directeur, Mr Joël Gayssot, a tout mis en oeuvre pour que notre projet puisse s'implanter dans le Val de Marne : en organisant des rencontres avec les acteurs clé du département et en finançant l'inauguration officielle de l'école. 

 

Le Centre Médico Psychologique de Noisy-le-grand afin de soutenir les enfants nécessitant un accompagnement spécialisé extérieur

 

 

 

 

Le LATI (laboratoire de recherche de l’Université Paris Descartes) dirigé par Todd Lubart, éminent spécialiste de la créativité et du haut potentiel, avec lequel nous évaluons de nouvelles batteries de tests concernant les enfants et leurs parents

 

L’école Atelier de Montréal permettant un échange d’expérience et un partage de bonnes pratiques,
le Québec disposant d’un dispositif très avancé de prise en charge scolaire des enfants à haut potentiel

 

Le programme international « CIDEL », dédié au développement éthique chez les enfants, auquel Arborescences participe en tant qu’école d’application en France

 

 

Le CNAHP (Centre National d’Aide aux enfants et adolescents à Haut Potentiel) rattaché au pôle hospitalo-universitaire de Rennes sous la direction du Professeur de pédopsychiatrie Sylvie Tordjman, qui propose une prise en charge thérapeutique adaptée au haut potentiel, incluant aide pédagogique appropriée et accompagnement familial

 

La Haute Ecole Pédagogique de St Gall en Suisse pour l’accueil des stagiaires

 

 

 

 

 

 

 

L’Institut Européen d’Education et de Politique Sociale dans le cadre du programme « learning for well beeing ».

 

France 5 : Les maternelles

You are missing some Flash content that should appear here! Perhaps your browser cannot display it, or maybe it did not initialise correctly.

L'émission est consacrée à la précocité, Isabelle Combes y est intervenue pour parler de l'importance d'une pédagogie spécifique favorisant l'épanouissement et le développement du potentiel des EIP.

13' le Mag sur France 3 Ile de France

You are missing some Flash content that should appear here! Perhaps your browser cannot display it, or maybe it did not initialise correctly.

Un reportage sur la prise en charge des enfants précoces dans l'académie de Créteil, où quelques minutes sont consacrées à notre école pilote.

Les enfants surdoués reprennent du plaisir à l’école

Trois écrans d’ordinateur devant eux, ils réalisent un petit film, montent et sélectionnent eux-mêmes les séquences à garder. Hugo et Gabriel n’ont que 7 ans et 8 ans, mais un QI supérieur à 130. Avec trois autres camarades de CP, CE 2 et CM 2, ils composent la classe d’enfants précoces Arborescences, installée à Nogent-sur-Marne et inaugurée hier par Jacques J.P. Martin, le maire (UMP) de Nogent.

« Ici, on travaille bien et en même temps on s’amuse » GABRIEL, ÉLÈVE EN CE 2

 

Les enfants surdoués reprennent du plaisir à l’école

 

NOGENT-SUR-MARNE. Dans cette classe, le programme est spécialement aménagé pour que les enfants surdoués ne s’ennuient pas en cours.

 

« Il ne s’agit pas d’en faire des petits génies, mais des êtres épanouis », raconte Isabelle Combes qui a lance cette école hors contrat en novembre dernier avec AnnGaïd Ploude. Il n’y avait pas de structure pour le primaire et une vraie urgence !. Ces petits génies sont en effet fâchés avec l’école : 1 sur 3 redouble, 2 sur 3 sont en échec scolaire et 1 sur 5 ne passe jamais le bac... Pour les intéresser, ces « hauts potentiels » suivent le matin le programme de l’Education nationale avec leur institutrice Anaïs, mais en se consacrant pendant 2 à 3 semaines à une matière. « Ça permet d’aller plus loin, raconte la jeune femme. Les échanges sont profonds et souvent, ils me surprennent ! » L’après-midi, après avoir fait un peu d’anglais ou de chinois - « langue dans laquelle ils excellent », précise Virginie, leur professeur, ils participent à des ateliers : théâtre, mime, écriture, vidéo, expérience scientifique...

 

« J’adore être ici, sautille Gabriel, en CE 2. Ici, on travaille bien et en même temps on s’amuse. » L’école, qui peut accueillir jusqu’à 45 élèves, organi- sera des portes ouvertes le 15 février. Les frais d’inscription restent élevés, 600 Eur parmois,« mais il y a des bourses, souligne Isabelle Combes. La précocité n’est pas une question de moyen. »

 

A terme, son objectif est d’ouvrir d’au- tres structures sur le même modèle. En France, 400 000 élèves seraient des enfants précoces.

 

« Il était tellement malheureux avant d’arriver ici » SANDRINE SAMSON " maman de Hugo, élève de CE 2

 

« Mon fils avait parlé de se suicider tellement il était malheureux avant d’arriver ici. » Sandrine Samson, la maman de Hugo, un jeune enfant précoce de 7 ans inscrit dans la classe Arborescences, n’en revient toujours pas : « Aujourd’hui, c’est hallucinant ! Il est heureux d’aller à l’école, n’a plus mal au ventre, a retrouvé le plaisir d’écrire et s’est même fait un très bon copain... » Entre les fouilles archéologiques et le montage vidéo, Hugo a retrouvé le goût d’apprendre. « Je conseille à tous les parents d’enfants précoces de tenter l’expérience, malgré le coût de la scolarité. Il sait désormais qu’il n’est pas seul dans son cas et qu’il peut être un bon élève. »

 

ANTONIN CHILOT

Les enfants précoces ont leurs classe (France soir)

France soir : Les enfants précoces ont leurs classeAfin d'éviter un décrochage scolaire aux enfants surdoués, deux mères de famille ont créé à Nogent-sur-Marne (Val-de-Marne) une école qui leur est réservée.

 

Précoces, surdoué, deux à trois enfants sur cent auraient des capacités intellectuelles supérieures à la moyenne. Vu de l'extérieure, l'école est pour eux un endroit merveilleux, pourtant elle est généralement peu adaptée à ces génies en culottes courtes qui s'y ennuient ferme, voire s'attirent les foudres de leurs camarades et parfois même de leurs enseignants qui les trouvent arrogants. Partant de ce constat, deux mères d'enfants surdoués ont décidé de créer une école pour les jeunes précoces. AnnGaïd Plourde et Isabelle Combes ont mis en place cette structure pouvant accueillir jusqu'à quinze enfants de 3 à 12 ans. Installé dans l'Espace Marie-Curie de Nogent-sur-Marne mis à disposition par la mairie, l'établissement comprend un enseignement adapté aux besoins des petits. "Ce sont des enfants qui savent instinctivement les choses. Ils n'aiment pas apprendre par coeur. En revanche, ils ont une dextérité manuelle réduite et écrivent souvent très mal, car leur cerveau va plus vite que leur main", explique à France-Soir AnnGaïd Plourde.

Elles ont créé une école pilote pour enfants surdoués (Courrier des cadres)

Anngaïd Plourde, 33 ans, et Isabelle Combes, 39 ans, fondatrices d'une école pour enfants précoces à Nogent-sur-Marne ont choisi leur nouveau métier à 32 et 38 ans.

 

Elles créent une école pour petits génies (GRAZIA)

GRAZIA : Elles créent une école pour petits génies Isabelle et AnnGaïd ont troqué leurs bureaux vitrés contre une cours de récré. Elles ont des looks de vraies businesswomen, pas d'instits. Pourtant, elles s'apprêtent à ouvrir ... une école primaire. Le 5 novembre, leur classe unique accueillera six premiers élèves à Nogent-sur-Marne, près de Paris. Une rentrée un peu spéciale : les écoliers sont à "haut potentiel". L'appellation politiquement correcte pour désigner les enfants dont le QI dépasse 130, et qui ne trouvent pas leur place dans le système classique.

 

Voir l'article : www.grazia.fr